Suite et fin : Comment Dark Vador s’est fait virer

Home/Communication, Culture d'entreprise, Identité d'entreprise, Leadership, Management, Storytelling/Suite et fin : Comment Dark Vador s’est fait virer

Suite et fin : Comment Dark Vador s’est fait virer

L’art de tuer la motivation dans l’oeuf …«il est interdit de jouer avec son sabre laser dans les locaux»

En accaparant tout le pouvoir de décision, et en punissant sévèrement les erreurs, Dark Vador a privé ses collaborateurs d’une motivation essentielle :  celle de pouvoir se sentir acteur du succès de l’organisation. La méfiance de Dark Vador vis à vis de ses collaborateurs est si complète qu’il se met à recruter auprès de la concurrence, en proposant un job à son pire ennemi. Et pour une fois, il  y met les formes en utilisant la corde sensible («je suis ton père..»). En vain.

Chez Vador Inc. , la peur, associée à un sentiment d’impuissance, incite les collaborateurs à limiter leur apport au minimum syndical. Comme dirait l’un des clones dans une interview récente : « Je ne veux pas perdre mon emploi. Mon unique motivation réelle est de ne pas être harcelé ».

Miser sur tout la technologie et rien sur les collaborateurs …. «Je vais tous vous appeler Gérard, ce sera plus simple»

Pour Dark Vador, les personnes sont interchangeables, ce n’est pas pour rien qu’il est à la tête d’une armée de clones. D’ailleurs, pour écraser la concurrence, il ne mise pas sur l’enthousiasme ou la compétence de son armée. Les clones sont là pour obéir aux ordres, point final. Soyons sérieux, si la communication ascendante est autorisé, c’est la porte ouverte au bazar généralisé. Se détournant de ses collaborateurs, il met tous ses espoirs dans un projet technologique pharaonique, l’Etoile de la Mort. Pour lui, c’est la seule défense possible face aux troupes rebelles.

Les troupes rebelles, qui, pendant ce temps, se tournent vers toutes les bonnes volontés. Ils vont jusqu’à intégrer dans leur organisation des collaborateurs visiblement mal outillés pour cette guerre hyper-technologique, comme les petits Ewoks, peuple primitif sympathique et très volontaire qui  fera fièrement ses preuves face aux clones déprimés de l’Empire.

Si un consultant en organisation avait parlé à Dark Vador des atouts de la «conversation d’entreprise», dernière tendance en RH, il aurait sans doute ri avant de l’étrangler.

Ne jamais se remettre en question… « Allo l’Empire ? Nous avons un problème…»

L’Empire a consacré des années, une énorme quantité d’argent, et une énorme quantité de main-d’œuvre pour construire de la première Etoile Noire de l’Empire.. pulvérisée en quelques secondes par Luc Skywalker, à la faveur d’une micro-faille dans sa conception. Loin d’apprendre ses propres erreurs, l’Empire s’entête à reconstruire une autre Etoile, mais cette fois plus grande encore. Intéressante illustration des décisions absurdes. A aucun moment un plan B est proposé.  Et personne n’ose suggérer qu’il serait plus sage de mettre au point des moyens d’attaque plus souples et moins coûteux.

Dark Vador a été peut être aveuglé par son succès en prenant le contrôle d’une armée gigantesque, et il est devenu trop confiant dans ses propres capacités. Il s’obstine à avancer, en faisant les mêmes erreurs, encore et encore sans jamais changer de cap. C’est l’avantage du leadership non participatif, on peut refaire autant de fois les mêmes bêtises sans corriger ses plans d’actions…jusqu’à ce que l’organisation implose ou que Dark Vador soit viré.

En fin de compte, l’Empire a échoué en tant qu’organisation durable en raison d’un leadership incroyablement déficient au plus haut niveau. En construisant une culture organisationnelle fondée sur la peur, le manque d’indépendance, et une réticence à s’adapter aux circonstances changeantes, Dark Vador a ouvert la voie à son propre échec.

Et vous, votre organisation ressemble plutôt à l’Empire ou aux troupes rebelles ?

 

 

 

Share

About the Author:

One Comment

  1. Francis 22 juin 2012 at 8 h 18 min - Reply

    encore merci pour ce billet qui pose de bonnes questions ! juste un petit détail : l’armée impériale n’est plus constituée de clones dans les épisodes 4 à 6…

Leave A Comment