« Je ne suis pas un numéro ! » Pour innover, libérez vos salariés de l’échec..

Home/Communication, Communication de l'innovation, Communication Interne, Culture d'entreprise, Innovation, Leadership/« Je ne suis pas un numéro ! » Pour innover, libérez vos salariés de l’échec..

« Je ne suis pas un numéro ! » Pour innover, libérez vos salariés de l’échec..

La série TV culte Le Prisonnier décrit les tentatives d’un agent secret qui lutte pour garder sa santé mentale dans un univers absurde. Le héros, Numéro 6, joue à la fois avec et contre le système pour essayer d’y échapper.  Les règles changeantes de ce monde sont systématiquement ponctuées de menaces et de sanctions qui rendent toute action individuelle risquée. Certaines entreprises fonctionnent sans le savoir à la manière de cette série, imposant une double-contrainte schizophrénique à leurs collaborateurs qui doivent innover sans échec et sans réelle autonomie.

 

«Faites entrer celui-là qui est coupable !» (N. Canteloup)

Il y a un monde entre identifier les raisons d’un échec  et rechercher un coupable.

Soit on part du principe qu’il faut un coupable. Soit on cherche à éviter que la situation ne se reproduise et on aide les personnes à progresser. Le pire étant de faire l’un (blâmer) tout en prétendant faire l’autre (faire progresser).

Désigner des coupables crée une situation où les salariés risquent de travailler au ralenti, paralysés par l’angoisse de faire une erreur. Ce type d’attitude produit une organisation complète qui fuit le risque et passe son temps à se «back-uper» avec des kilomètres d’emails. Une organisation où les salariés préfèrent jouer la sécurité plutôt que de prendre des initiatives et sortir des sentiers battus.

Ce genre  d’organisation ressemble alors au jeu d’enfant «Tape les taupes», où l’on doit frapper à l’aide d’ un marteau les petits animaux qui sortent la tête hors de leur trou.  La plupart des salariés gardent la tête dans le trou, sauf peut-être les nouveaux venus qui jettent un coup d’oeil dehors… juste de le temps de voir un immense maillet s’écraser sur leur nez. Inutile de dire que l’innovation est rendue difficile, voir impossible dans ce genre d’organisation. Les nouvelles idées ne peuvent venir que du sommet de la hiérarchie (un peu comme Apple), et l’organisation se heurte rapidement au problème du renouvellement de ses produits.

 

 

«Ce n’est pas un échec, c’est un moment d’apprentissage»

 Pour créer et soutenir l’innovation en interne, vous devez adopter une mentalité de croissance et l’instiller dans votre équipe.

C’est l’approche utilisée par la société industrielle WD-40  dont la formule de leur produit phare a été découverte au 40e essai.  Le PDG explique: « Chez WD-40, nous n’avons pas d’erreurs. Nous avons des moments d’apprentissage « .

La façon dont les gens perçoivent l’échec est critique. Les dirigeants d’IDEO, la société de design la plus performante au monde, pensent que l’intégration de l’échec dans l’état d’esprit de leur organisation est un aspect vital de leur succès. Leurs créations sont le fruit de va et viens entre échecs et  améliorations. Ils ne croient pas à l’étincelle magique qui permet de trouver la solution du premier coup. IDEO distille un état d’esprit optimiste, intégrant l’échec comme une des étapes du processus de création.

Certes, cela peut parfois coûter cher à l’entreprise, comme le montre l’histoire de Tom Watson, ancien PDG d’IBM. Tom Watson convoque dans son bureau  un dirigeant dont la décision vient de faire perdre 10 millions de dollars à la société. Le dirigeant pénètre dans le bureau, la mine basse.

Watson demande «Savez-vous pourquoi je vous ai fait venir ici?».

L’homme répond «Je suppose que c’est pour me licencier».

Watson, surpris, lui répond «Vous virer ? Alors que je viens de dépenser 10 millions de dollar pour vous former ?!».

 

«Je ne suis pas un numéro. Je suis un homme libre !» 

De nombreux dirigeants adoptent cette approche plus constructive et commencent à éliminer la peur, la réticence et l’inertie dont souffrent leurs organisations. Ils mettent en oeuvre des pratiques qui créent de la confiance entre les salariés et valorisent les personnes positives. Quelle est l’attitude de votre entreprise à l’égard des erreurs ?  Sont-elles considérées comme une occasion d’apprendre ou de blâmer? inVISIBLE Image est un agence de communication et de formation spécialisée dans l’innovation. Nous animons des séminaires d’une journée autour des enjeux de la communication interne pour les entreprises innovantes, contactez-nous!

Share

About the Author:

Leave A Comment